Le guide de votre bien-être à domicile

Métier du bien-être

Les métiers du toucher : Masseurs- kinésithérapeute- ostéopathe...

étiopathie ostéopathie

© Mikosch - iStockphoto

Depuis l’antiquité et certainement bien avant, on soigne, on soulage et on réchauffe le corps en douleur avec le toucher des mains. Les professions du toucher et de la manipulation physique ont trouvé leur place dans le maintien de la santé humaine.
  1. Histoire du toucher « kinésithérapie »
  2. Le masseur –kinésithérapeute
  3. L’ostéopathe
  4. L’acupresseur
  5. Le réflexologue

En passant par les guérisseurs ou les magnétiseurs, des kinésithérapeutes ou des ostéopathes, la technique thérapeutique par le doigté est une médecine complémentaire à part entière qui a donné des preuves d’efficacité dans la maitrise et la réduction de la douleur.

La main est devenue un instrument de soin dirigé par le toucheur mettant au service du corps de l’autre toutes ses compétences et ses connaissances en physiologie et en pathologie humaine pour lui prodiguer le soin qu’il attend. Depuis 1946, les masseurs - kinésithérapeutes certifiés par un diplôme d’état ont spécialisé leur métier de guérisseurs et de masseurs et apporte un espoir de guérison face à des affections physiques qui bloquent considérablement le bien-être mental.

Histoire du toucher « kinésithérapie »

Le toucher ne représente pas à lui seul la qualification du masseur –kinésithérapeute. La main n’est qu’un instrument de soin que le praticien utilise, elle est reliée au cerveau et sans cette relation du corps et de l’esprit, la thérapie par le toucher n’existerait pas. Avec un patient, le masseur doit crée une relation de confiance et posséder toutes les aptitudes techniques pour engager un projet thérapeutique. Le savoir du kinésithérapeute est primordial devant l’organisme affaibli qui attend une réponse d’espoir de guérison dans le respect de sa personne.

Thérapeutes du mouvement comme le définit le terme « kinésithérapie », le métier de kinésithérapeute propose une formation spécialisée pour répondre médicalement à un ensemble d’affections souvent reliées entre elles. Sa formation permet de prendre en charge la douleur physique, la dépression, le désespoir ou des patients aux pathologies mentales graves.

Le masseur –kinésithérapeute

Après une formation de 3 années en kinésithérapie, le praticien doit être en mesure de prendre en charge la rééducation fonctionnelle, les paralysies, les traumatismes accidentels, affections respiratoires ou neurologiques…

Étant un professionnel de santé paramédical, il agit en complément d’autres thérapies prescrites par le médecin ou le spécialiste. Il utilise plusieurs méthodes de soins en thérapie naturelle comme le toucher, la massothérapie, la physiothérapie, le drainage lymphatique, la gymnastique médicale ainsi que des techniques à base d’éléments naturels comme l’eau, la chaleur, l’électricité… Le masseur-kinésithérapeute établit des bilans de capacité de mobilité et de rééducation individualisés pour évaluer l’état de maladie ou de souffrance pour définir avec précision les besoins des soins pour retrouver un maximum de mobilité ou de santé.

L’ostéopathe

Praticien de médecine douce, l’ostéopathe agit sur les dysfonctionnements du corps humain autant au niveau musculaire, articulaire, trouble ORL, problèmes gynécologiques, urinaires… grâce à l’action de ses mains. Son but est de libérer le corps humain de ces blocages et de ses tensions physiques provoquant des affections diverses pour qu’il puisse trouver le chemin de la guérison par sa seule puissance naturelle. En ostéopathie, toutes les douleurs liées au corps ou au mental entrainent des dérèglements sur l’organisme tout entier. Le thérapeute va rétablir un équilibre harmonieux (définissant la mobilité et la motilité dans le langage des ostéopathes) par des manipulations musculosquelettiques très précises.

Il procède au diagnostic par une palpation minutieuse des centres stratégiques comme la colonne vertébrale, les articulations, la tête… Il détecte ainsi l’origine et les causes des blocages du corps entier, car pour l’ostéopathe l’organisme est une fonction principale comprenant plusieurs systèmes reliés entre eux.

L’ostéopathe a une grande connaissance des systèmes fonctionnels humains et de l’anatomie comme les différents os du corps, leurs implantations, les articulations et les muscles, les connexions nerveuses… Ainsi que les origines des blocages pouvant être inflammatoires, organiques, traumatiques, osseux ou musculaires. L’écoute est primordiale dans son métier, les causes et les conséquences des dysfonctionnements des fonctions vitales humaines à une grande importance dans la thérapie ostéo.

L’acupresseur

Praticien relevant de la médecine traditionnelle chinoise, les techniques de l’acupression, variante de l’acupuncture stimulent les points d’acupuncture par le toucher pour atteindre les méridiens et favoriser le circuit du QI (énergie vitale en chine) vers les organes ou viscères. Dénommée réflexologie, digipuncture, l’acupresseur pratique l’acupuncture sans les aiguilles.

Son métier consiste à écouter les informations et à comprendre les signes que le corps physique lui renvoie par sa technique de palpation à des endroits stratégiques. Le praticien accupresseur va utiliser plusieurs techniques de toucher comme le Zen-shiatsu, le Shiatsu, la réflexologie plantaire ou le Jin Shin Do.

Le réflexologue

Quatrième branche de la médecine traditionnelle chinoise, la réflexologie plantaire est une thérapie du toucher des mains et des pieds pour améliorer les flux énergétiques. Le réflexologue va utiliser des zones réflexes (stimulation des nerfs) pour favoriser la circulation énergétique vers les différents organes du corps.

Dans sa mission de soin, le réflexologue débute par une stimulation les zones réflexes de son patient pour lui réchauffer les muscles grâce à un massage doux des mains et des pieds. Selon son diagnostic du symptôme ou de l’affection, il va concentrer son massage sur les parties ciblées. Le patient ressentira un bienfait apaisant et une meilleure vitalité.